Comme indiqué dans l’article sur le P100, le P100 est le protocole DTMF open-source le plus courant. Utilisé pour les tests cycliques de téléphones d’urgence d’ascenseurs, il communique des codes de défaillance définis, qui ne changent pas d’un fabricant à l’autre.

Que sont les appels d’essai et comment fonctionnent-ils ?

La norme européenne EN81-28 stipule qu’un téléphone d’urgence doit appeler tous les 3 jours pour effectuer un test cyclique afin de vérifier son bon fonctionnement, et que l’appel doit être passé vers un récepteur logiciel qui consignera les résultats.

La plupart des fabricants de téléphones d’urgence ont développé des récepteurs logiciels capables de recevoir et d’enregistrer les résultats des tests cycliques.

Le récepteur vérifiera d’abord si l’appel a bien été passé, et si ce n’est pas le cas, il consignera le fait qu’il y a un problème au niveau du matériel ou de la liaison de communication vers le téléphone (par ex. la ligne téléphonique).

Si l’appel se déroule correctement, le récepteur vérifiera alors chaque étape du protocole de traitement d’appels applicable aux téléphones d’urgence :

  • le téléphone appelle le récepteur
  • le téléphone s’identifie
  • le récepteur consigne tout code de défaillance (ces derniers concernent généralement l’état de la batterie, du haut-parleur et/ou du micro)

Du fait que chaque fabricant de téléalarmes utilise son propre protocole, il est possible qu’un centre d’appels type doive traiter plusieurs protocoles, chacun nécessitant un récepteur différent. Cela peut s’avérer problématique car l’enregistrement des appels peut alors être réparti entre plusieurs récepteurs et, dans certains cas, exiger un matériel dédié supplémentaire (par ex. un modem, mini-serveur dédié, etc.), ce qui rend la base d’installation type plus onéreuse et plus difficile à surveiller.

Les nouveaux défis pour le P100

Le téléphone d’urgence utilise le canal vocal pour diffuser des tonalités DTMF sur commande afin d’envoyer des informations. Cela fonctionne bien sur les lignes téléphoniques en cuivre qui ont été conçues pour les signaux analogiques. Le propriétaire de la téléalarme encourt toutefois des frais, car chaque appel est facturé en tant qu’appel vocal.

Au seuil de la transition (dite Passage au numérique) vers un réseau de lignes à fibre optique conçu pour transmettre voix et données, plutôt que voix uniquement, les transmissions audio DTMF vont être confrontées à de nouveaux défis, car la signalisation DTMF pourrait ne pas du tout être supportée par les réseaux à fibre optique !

L’option la plus courante choisie par les installateurs consistera à installer un GSM permettant au téléphone d’urgence de fonctionner sur le réseau de téléphonie mobile.

Cependant, il ne s’agit pas simplement de brancher n’importe quel GSM, car les problèmes suivants de transmission DTMF P100 sur une ligne à fibre optique peuvent quand même survenir :

  • compression des tonalités sur le réseau mobile : la tonalité DTMF est compressée pour être transférée sous forme de données, et lorsqu’elle atteint l’autre extrémité et qu’elle est décompressée, elle risque d’avoir été modifiée, la rendant illisible par le récepteur
  • écrêtage de la tonalité : lorsqu’elle est convertie en données, il peut y avoir une perte du haut et du bas du signal DTMF qui modifie la fréquence, la rendant, là encore, illisible

Autrement dit : si vous transmettez des signaux DTMF sur un réseau mobile, cela peut poser des problèmes et même si vous tentez de les résoudre avec une quelconque passerelle 2G, vous pouvez quand même pâtir d’une baisse des performances des appels.

Heureusement, les GSM ne sont pas tous nés égaux.

La solution numérique – la transmission des signaux

À l’heure actuelle, les téléphones d’ascenseurs ne sont pas tous configurés pour transmettre des données numériques, mais ce problème peut être facilement résolu en ajoutant une plateforme de communication numérique (DCP) à la chaîne de communication d’urgence.

La plupart des fabricants européens supportant le protocole P100 comme option pour leurs téléphones d’urgence, la DCP (outre le fait de supporter les protocoles exclusifs Memco et MK) peut faire office d’interprète pour tout téléphone d’urgence qui utilise le protocole P100. Elle sera alors en mesure de transmettre de l’audio analogique ou des données numériques (via une carte SIM).

Pour expliquer la compatibilité analogique de la DCP basée sur le protocole P100 : le DCP intercepte les tonalités DTMF générées par le téléphone d’urgence, les lit et les convertit en données. Ainsi, la boucle locale, plus petite (la connexion entre le téléphone et le GSM) reste analogique, alors que la majeure partie de la communication est transformée en données, augmentant sa fiabilité.

La conversion DTMF en données est une caractéristique propre au DCP d'Avire. Le GSM moyen n'offre pas cette capacité.

La solution numérique – surveiller et signaler

L’un des avantages supplémentaires de l’utilisation du DCP tient au fait que les tests cycliques sont ensuite enregistrés dans le logiciel de surveillance Hub AVIRE, qui peut envoyer des alertes et des notifications en temps réel en cas de dysfonctionnement lors du processus. Grâce à la fiabilité du DCP, des mesures correctives immédiates peuvent être prises pour garantir la sécurité des passagers ainsi qu’une conformité continue.

Toute téléalarme supportant le protocole P100 peut envoyer des signalements au Hub Avire, vous permettant ainsi de surveiller toutes ces marques de téléphones depuis une seule plateforme centralisée.

Tout appareil tiers capable d'envoyer des communications P100 peut être traduit par le DCP

Grâce au transfert des informations des tests sous forme de données, vous économisez également des minutes de téléphonie et réduisez ainsi les coûts en respectant le volume de données autorisé.

Lorsque vous aurez connecté le DCP au téléphone d’urgence d’ascenseur, vous bénéficierez également d’un accès à une connectivité améliorée et vous pourrez ainsi surveiller, à distance et en temps réel, d’autres équipements de votre ascenseur basés sur des données.

Additionnellement, le DCP peut mettre une installation de téléphone d’urgence d’ascenseur à l’épreuve du temps, car non contente de faire office de convertisseur d’un signal DTMF, il peut également transmettre des données directement sur le réseau mobile lorsqu’il est utilisé avec une unité audio numérique ou DAU (le DTMF n’intervient pas dans ce type de communication), offrant le signal le plus sécurisé et le plus fiable.

En conclusion, pour gagner sur les deux tableaux en matière d’analogique et de numérique, la solution recommandée consiste à intégrer un DCP à l’installation de téléphone d’urgence d’ascenseur :

  • le DCP comprend les tonalités DTMF et peut les convertir en données au niveau local
  • la surveillance par tests cycliques (depuis n’importe quelle téléalarme compatible P100) peut être effectuée au même endroit via le Hub Avire
  • la majeure partie de la transmission entre l’installation de l’ascenseur et le Hub Avire s’effectue via des données, ce qui est actuellement le moyen le plus propre et le plus sûr d’envoyer des informations

Produits associés