Pourquoi cette transition est-elle nécessaire ?

Avec l’avancée de la technologie, le monde délaisse l’univers des téléphones analogiques en faveur du passage au numérique qui privilégie les appareils numériques.
Ainsi, les communications basées sur les lignes en cuivre sont petit à petit remplacées par les lignes à fibre optique, d’où un abandon des signaux analogiques (généralement les tonalités DTMF/signaux multifréquences) au profit d’une transmission de données numériques.

Le principal avantage de cette transition vers le numérique est qu’elle favorise la transmission rapide de grandes quantités de données (y compris vocales).

Cette évolution a des répercussions directes sur l’industrie des ascenseurs car, en raison de l’adoption de la fibre optique, le courant de 48 V par défaut que les lignes en cuivre transportent est supprimé, rendant les téléphones d’ascenseurs inopérants en cas de coupure d’électricité.

Compte tenu de la priorisation de la consommation numérique à travers le monde, tôt ou tard, tous les pays connaitront ce passage au numérique et le remplacement des transmissions analogiques.

L’Europe et le passage au numérique

L’Europe a déjà amorcé sa transition vers le numérique, même si cette dernière n’en est pas au même stade sur l’ensemble du continent, chaque pays ayant choisi un processus différent pour la mise en œuvre et le renforcement du réseau cuivre ; le caractère impérieux de cette transition varie donc en fonction de leur situation actuelle.

Suisse

La Suisse a été l’un des premiers pays à entreprendre le passage au numérique. En effet, non seulement elle a adopté la fibre optique, mais elle a en même temps totalement démantelé son réseau 2G, misant largement sur la transmission de données. Concernant l’impact au sein du pays, les quelque 20 000 ascenseurs installés en Suisse ont été équipés, comme solution générale, d’un système GSM pour s’adapter à la nouvelle infrastructure du réseau.

Allemagne

En Allemagne, le passage au numérique est là aussi quasiment achevé, la fibre étant l’option privilégiée pour les nouvelles connexions par câble. La technologie GSM s’est également avérée être la solution de prédilection pour les ascenseurs en Allemagne afin de préserver la sécurité des passagers.

Royaume-Uni et France

Ces pays ont tous deux commencé à déployer la fibre optique pour remplacer leurs lignes en cuivre. Au Royaume-Uni, ce processus devrait être achevé d’ici la fin de l’année 2025. Avec plus de 300 000 ascenseurs installés dans le pays, une solution numérique GSM est l’option recommandée pour s’assurer que des millions de passagers ne courent pas le risque de se retrouver coincés dans ces ascenseurs.

Par ailleurs, en France, la transition suit également son cours. Le démantèlement du réseau en cuivre a débuté en 2021 et se poursuivra ces prochaines années, avec un achèvement du processus de transition prévu d’ici à 2030, lorsque toutes les lignes en cuivre auront été supprimées. L’industrie des ascenseurs s’est tournée vers la technologie GSM pour préserver sa conformité.

Espagne

En Espagne, la transition n’a pas eu un impact aussi spectaculaire sur les ascenseurs installés, plus de 90 % des ascenseurs existants utilisant déjà un système GSM pour garantir des connexions sécurisées.

Scandinavie

La situation en Scandinavie est assez intéressante car le processus de transition varie considérablement d’un pays à l’autre. Par exemple, la Finlande a déjà achevé son passage au numérique, exploitant des réseaux à fibre optique depuis déjà plusieurs années.

Le Danemark et la Norvège sont actuellement en pleine transition, tandis que la Suède n’a pas encore amorcé son passage à la fibre optique.

Conclusion

Le passage au numérique est déjà une réalité dans de nombreux pays, pas seulement en Europe, mais à l’échelle mondiale. L’Australie a déjà achevé ce processus, par exemple. Et cette transition devrait continuer de s’étendre au-delà de l’Europe, un accès rapide et fiable aux données étant désormais le dénominateur commun nécessaire au progrès économique.

Partager l'article

Produits associés