Au moment de choisir un rideau lumineux adapté pour votre porte d’ascenseur, il est important de prendre en compte plusieurs facteurs avant de prendre votre décision. Le nombre de diodes, le nombre de rayons et le temps de réponse jouent tous un rôle dans les performances relatives d’un détecteur particulier et aucune fonction ne doit être évaluée séparément.

Le Nombre de diodes et le nombre de rayons

La caractéristique la plus importante d’un rideau lumineux, c’est le nombre de diodes qu’il contient. Ce nombre est lié à la cible la plus petite que le dispositif peut détecter, en particulier au niveau des bords du détecteur.

Le nombre de rayons peut aussi servir d’outil marketing pour illustrer des performances supérieures. S’ils sont implantés correctement, les rayons diagonaux permettent d’améliorer les capacités de détection des petits objets. En utilisant quatre ou cinq balayages en quadrillage par diode, on peut facilement détecter des objets de 12 mm (le doigt d’un enfant), sauf sur les bords du détecteur.

Cependant, le nombre de rayons annoncé n’est disponible que pour des séparations larges et ces rayons présentent une sensibilité tellement faible qu’ils sont effectivement redondants. Augmenter le nombre de rayons (trois en haut et trois en bas) ne permet pas d’améliorer les performances.

La vitesse de balayage

Certains fabricants de rideaux lumineux affirment qu’un système de rayons diagonaux décalés et un balayage plus rapide offrent des performances supérieures à celles des systèmes concurrents. Ce n’est en fait pas le cas.

Imaginez deux détecteurs qui utilisent la même méthode de balayage diagonal dès que les portes se ferment. Le Détecteur A a 32 diodes alors que le Détecteur B n’en a que 24.

Quand les portes se trouvent à environ 600 mm ou plus l’une de l’autre, le Détecteur A passe à un système à deux rayons haut et bas, ce qui correspond à quatre balayages par diode. Cela augmente considérablement la densité de la disposition des rayons.

La cible de 50 mm sert de repère pour tester le détecteur. Les balayages ci-dessous comparent les performances avec une cible de 50 mm pour les Détecteurs A et B. La ligne continue rouge de A indique une détection complète alors que la ligne en pointillés révèle des zones où les cibles peuvent ne pas être repérées. Comme on peut le voir, il y a de nombreux espaces avec le Détecteur B mais aucun avec le Détecteur A.

Le Détecteur B est particulièrement peu efficace quand les portes sont presque fermées. Sa sensibilité au moment de la fermeture est faible même pour une cible relativement grande.

Ces larges espaces peuvent indirectement augmenter le temps de réponse du détecteur de plusieurs secondes. Les portes auront beaucoup bougé avant qu’un objet, par exemple une main, ne soit détecté. Le détecteur B peut balayer très rapidement, mais cela ne sert à rien s’il ne peut pas repérer la main d’une personne pendant plusieurs secondes.

Le Temps de réponse

Le temps de réponse du détecteur est un facteur secondaire. Que ce soit dans la conception ou au moment de décider des caractéristiques, la réduction du temps de réponse n’a jamais été considérée comme importante car ce facteur n’est pas critique pour les performances du détecteur.

Les portes d’ascenseur bougent lentement pour éviter tout dommage physique aux passagers ou aux biens. Les détecteurs sont montés entre la porte intérieure et la porte extérieure, il existe donc plusieurs centimètres non protégés.

Les portes qui se ferment relativement vite ont un risque plus élevés de toucher les usagers ou les équipements (landaus, chaises roulantes, chariots, etc.). Une porte d’ascenseur ferme en général à 0,5 m/s. Cela signifie qu’en 100 ms, la porte n’aura bougé que de 5 cm jusqu’à ce que les détecteurs se déclenchent. Les portes elles-mêmes ont une inertie, elles continueront donc de bouger un peu même après le déclenchement.

Les détecteurs avec balayage ou temps de réponse améliorés ne présentent qu’un intérêt très limité pour l’utilisateur final. Il est peu probable que quelqu’un remarque la différence de mouvement entre un détecteur qui peut répondre en 50 ms et un détecteur qui peut répondre en 100 ms.

Les détecteurs d’Avire balayent à environ 1,5 ms par diode, plus un espace supplémentaire en fin de balayage pour le traitement. Cela signifie qu’un détecteur standard de 32 diodes aura un niveau de balayage d’environ 70 ms dans le pire des cas. Dès qu’un rayon est obstrué, le déclenchement mécanique se fait en quelques millisecondes. Le temps de réponse moyen est donc bien moindre, à environ 40 ms.

Conclusion

Les informations ci-dessus peuvent être résumées en quelques points-clés:

  1. Le nombre de diodes est la caractéristique la plus importante du détecteur. Un détecteur à 32 diodes détectera des objets plus petits qu’un modèle de 24 diodes et en moins de temps.
  2. Le nombre de rayons et leur disposition déterminent la taille de l’objet le plus petit qui peut être détecté dans la zone.

Partager l'article

Produits associés

Contactez-nous à propos d'un projet

Contact