En août 2014, deux nouvelles normes concernant la conception des ascenseurs (EN 81-20:2014) et les conditions d’installation (EN 81-50:2014) ont été publiées en Europe. Elles ont remplacé les anciennes normes EN 81-1:1998+A3:2009 et EN 81-2:1998+A3:2009 qui avaient déjà 15 ans et avaient besoin d’une mise à niveau pour satisfaire aux exigences de sécurité moderne. Ces nouvelles normes devraient être aussi adoptées par la Chine, l’Amérique du Sud et l’Australie.

La norme EN 81-20 établit les exigences de conception pour les ascenseurs et les monte-charges de personnes et de biens, quel que soit le système d’entrainement utilisé. La norme EN 81-50 décrit les éléments de sécurité ainsi que les méthodes de recherche et de calcul.

De nombreux facteurs ont influencé la création de ces nouvelles normes:

  • L’amélioration de la sécurité grâce aux évolutions de technologies reconnues et au besoin d’intégrer les nouvelles technologies de pointe
  • L’incorporation des thèmes essentiels que sont la santé et la sécurité
  • Les exigences issues des évolutions des directives européennes
  • L’élimination des erreurs signalées
  • La clarification du texte et l’incorporation des propositions venant des demandes d’interprétation

Il n’existe plus de norme à part pour les ascenseurs hydrauliques. L’analyse des risques et le respect des exigences de la Directive Ascenseur sont la clé.

Exemples de nouvelles exigences:

  • Une puissance supérieure des portes, de la cabine et du palier
  • Un éclairage amélioré dans la cabine d’ascenseur
  • La nécessité d’empêcher les personnes de sortir de la cabine si celle-ci est à l’arrêt entre deux étages
  • L’utilisation de meilleurs matériaux pour l’enceinte de la cabine (matériaux ignifuges et verre de sécurité)
  • Une meilleure classification des conditions de chargement et de sécurité avec l’utilisation d’un véhicule de chargement (chariots élévateurs, etc.)
  • Un espace refuge plus grand dans la fosse et dans le haut de gaine
  • Une station de contrôle de la gaine d’ascenseur et un contrôle amélioré du plafond de la cabine
  • Un meilleur accès à la gaine d’ascenseur (échelles, positions de contrôles, etc.)
  • Un éclairage de secours sur le toit de la cabine
  • Une balustrade plus sûre sur le toit de la cabine
  • Un contrôle de la dérivation de la porte pour empêcher la dérivation délibérée des circuits de sécurité (avec des « shunts »).

Les anciennes et nouvelles normes seront valides pendant la phase de transition qui durera 36 mois. Mais à partir d’août 2017, les normes EN 81-1 et EN 81-2 ne devront plus être appliquées.

De quelle façon la norme EN 81-20 affecte-t-elle les détecteurs des portes d’ascenseurs?

La partie qui traite spécifiquement des détecteurs des portes d’ascenseurs se trouve dans la section 5.3.6.2.1.1 de la norme EN 81-20:

5.3.6.2.1.1 Portes automatiques

Les points suivants s’appliquent :

  1. a) L’énergie cinétique de la porte palière et/ou de la cabine et des pièces mécaniques qui y sont connectées par un élément rigide, calculée ou mesurée à sa vitesse moyenne, ne doit pas dépasser 10 J.

La vitesse moyenne de fermeture d’une porte coulissante est calculée sur l’ensemble de son déplacement moins :

1) 25 mm à chaque extrémité dans le cas de portes à fermeture centrale

2) 50 mm à chaque extrémité dans le cas de portes à fermeture latérale

  1. b) Un dispositif de protection doit activer automatiquement la réouverture des portes dans le cas où une personne traverse l’entrée pendant le mouvement de fermeture. Ce dispositif de protection doit être désactivé sur les 20 derniers millimètres de fermeture de la porte.

1) Le dispositif de protection (par exemple un rideau lumineux) doit couvrir l’ouverture de la porte sur une distance allant de 25 mm à 1 600mm au-dessus du rebord de la porte de la cabine

La hauteur maximum de détection a été réduite et passe de 1 800mm à 1 600mm.

2) Le dispositif de protection doit être capable de détecter des obstacles ayant un diamètre minimum de 50 mm

Les fabricants de rideaux lumineux doivent maintenant garantir que leurs détecteurs peuvent percevoir des objets ayant un diamètre d’au moins 50 mm. Cela aura un impact important sur le nombre de diodes utilisées dans un rideau lumineux traditionnel. Avire a développé un équipement de test unique qui peut automatiquement dessiner la couverture d’un rideau lumineux. La Figure 1 a été dessinée en utilisant un objet de 50 mm ayant été scanné verticalement 18 fois entre deux détecteurs installés avec une séparation de 1 000 mm. Les lignes verticales rouges continues indiquent un déclencheur. Les espaces entre les lignes indiquent l’absence de déclencheur. Comme on peut le voir sur la Figure 1, l’espacement d’un détecteur de 18 diodes n’est pas suffisant pour garantir à 100 % la détection d’un objet de 50 mm aux limites du détecteur. Les rayons diagonaux utilisés par les détecteurs Avire couvrent efficacement toutes les zones depuis le bord.

Il est plus facile de voir l’impact des lignes diagonales sur les capacités de détection en utilisant un objet bien plus petit, par exemple de 15 mm – Figure 2.

La méthode classique permettant de résoudre ce problème de faible couverture des détecteurs est d’augmenter le nombre de diodes afin que l’espacement entre les diodes soit inférieur à 50 mm, comme on peut le voir dans la Figure 3.

3) Afin de neutraliser les obstructions persistantes lors de la fermeture des portes, le dispositif de protection peut être désactivé au bout d’un certain temps.

Cela peut être dû à une obstruction physique ou au vandalisme (par exemple, du chewing-gum sur les détecteurs).

4) En cas de panne ou de désactivation du dispositif de protection, l’énergie cinétique des portes doit être limitée à 4 J, si l’ascenseur reste en service, un signal sonore doit s’activer chaque fois que les portes se ferment.

Quand le rideau lumineux détecte une panne, il devra donc la signaler à l’opérateur de porte pour en limiter la force de fermeture. La panne du rideau lumineux peut être communiquée par diverses méthodes, de la plus simple où l’opérateur de porte identifie un déclencheur permanent de la sortie diagnostique du détecteur, à des protocoles plus compliquées de diagnostic. Cela implique que, si la sortie diagnostique est une forme simple de relai, alors elle doit être configurée comme « normalement fermé » pour s’assurer que le système est sûr, si le détecteur, le câblage ou l’alimentation sont endommagés. Les solutions alternatives comprennent des protocoles tels que CANopenainsi que des protocoles spécifiques au client basés sur la couche physique RS485. Il est important de noter que pendant une panne, une alarme (signal sonore) doit également s’activer quand les portes se ferment afin de prévenir les passagers.

Conclusion

Les nouvelles exigences de la norme EN 81-20:2014 ne seront obligatoires qu’à partir d’août 2017, il n’y a donc pas lieu de paniquer. La plupart des fabricants d’ascenseurs qui devront livrer des ascenseurs respectant la norme EN 81-20 réaliseront probablement la transition mi-2016. Certains le feront plus tôt, mais il n’y a pas d’urgence.

Cependant, il est important d’entrer en discussion avec un fournisseur de rideaux lumineux possédant une bonne compréhension de la règlementation européenne et pouvant offrir une gamme de solutions qui permettront de satisfaire les besoins de votre système. Quand les entreprises évalueront les options leur permettant de respecter ces nouvelles normes, Avire les aidera à sélectionner la méthode la plus économique.

Partager l'article

Produits associés

Contactez-nous à propos d'un projet

Contact